«Je me donne cette liberté de saisir les opportunités!»

Une femme et son plus grand secret consiste à une série de portraits qui mettent en lumière des femmes d’exception, des leaders dans leur milieu qui nous livrent, à chaque mois, leur plus grand secret pour devenir la leader de leur propre vie.

Je te présente aujourd’hui mon invitée du mois d’octobre, Ariane De Warren, une femme de carrière qui a de la drive et qui carbure aux différents projets, autant dans sa vie professionnelle que personnelle.

Pour cette chef de service, stratégie promotionnelle et gestion des marques à la Société des Alcool du Québec (SAQ), aussi maman d’une petite fillette de 5 ans, il est clair que nous devons assumer nos choix et les embrasser complètement pour dégager du leadership.

COMMENT DEVENIR LA LEADER DE SA PROPRE VIE

Tout d’abord, bonjour Ariane, peux-tu nous expliquer qu’est-ce que ça représente pour toi devenir la leader de ta propre vie, professionnellement puis personnellement?

ADW: Autant professionnellement que personnellement, être la leader de sa propre vie selon moi, est la capacité d’être en harmonie avec les choix que nous faisons. Pour se faire, on doit d’abord se connaitre. De plus, assumer nos choix et les embrasser sont des éléments clés pour dégager du leadership. Être capable d’influencer les gens et les faire adhérer à nos choix sans les imposer est aussi un critère de leadership.

Être leader repose aussi sur une notion de crédibilité et de cohérence, à mon avis. Impossible d’être perçue comme une leader si les actions ne suivent pas les dires et si les dires manquent de clarté et de vision. Walk the talk pour reprendre l’une des expressions que j’aime utiliser et qui illustre bien l’importance de faire ce que l’on dit.

Au quotidien, ce qui m’aide c’est mon organisation, ma planification et l’écoute qui caractérise notamment les échanges avec mon entourage. Avant j’avais peu d’ouverture, c’est une qualité que j’ai dû et dois toujours travailler. J’étais fixe sur ce que je voulais, alors je ne me donnais pas de  latitude.  Je me disais que si je prenais trop les commentaires de tout le monde, je n’arriverais pas à mes fins. Alors qu’en réalité, j’arrivais à mes fins, mais pas toujours avec le résultat optimal.  Maintenant, je me donne plus de flexibilité et d’opportunités pour me réajuster.

L’écoute  est importante. Écouter le client, le contexte, les employés, les collègues, l’exécutif, puis je me laisse inspirer de tout le monde, peu importe le niveau hiérarchique ou les personnes qui croisent mon chemin, en posant des questions. Souvent ça m’inspire des choses… En fait, je tire profit de l’opinion des gens!

À chaque journée, même si je planifie mes trucs, je laisse la place à de la nouveauté. Je me donne cette liberté là de saisir des opportunités  ou d’adresser des situations difficiles, lorsqu’elles se présentent.

Évidemment, je garde toujours des priorités, que ce soit des priorités d’affaires ou de vie. Souvent, je me demande ce que je veux accomplir pendant l’année.  Ensuite, ce qui n’est pas en lien avec ces priorités et qui n’ajoute pas de valeur au résultat, je le tasse.  Et si ça cadre dans ce que je me suis dit que j’allais accomplir, tant sur le plan personnel que professionnel, je me permets de me réajuster et de faire de la place dans mon horaire.

Comment ton histoire de vie a pu t’être utile? Y a-t-il eu un point tournant qui t’a amené à devenir la personne que tu es aujourd’hui? Quelles sont les difficultés que tu as vécu qui t’ont poussée à changer? Quels sont les apprentissages que tu en retires aujourd’hui et qui sont devenus des atouts pour toi?

ADW: En fait pour moi, la vie est un grand apprentissage et c’est pour cela que je ne regrette rien. J’aurais certes fait des choses différemment, mais au final comme le bénéfice est plus grand que la perte, cela fait en sorte que je suis celle que je suis aujourd’hui. J’ai eu la chance d’être entourée par de nombreux  leaders dans mon parcours professionnel qui ont su m’inspirer et m’aider à me développer, tant des femmes et que des hommes et chacun à su m’apporter des compétences et des visions différentes.

Sur le plan personnel, on a mis sur mon chemin un grand homme, celui avec qui je partage ma vie aujourd’hui.  Il m’a inspiré un meilleur équilibre de vie pour la femme de carrière que je suis, tout en équilibrant la maman, l’amoureuse et l’amie. Avant, j’avais très peu de place pour faire entrer une personne dans ma vie,  comme j’avais peur que cela freine ma croissance professionnelle. Aujourd’hui, j’ai fait des choix qui m’ont donné accès à une facette que je ne connaissais pas de moi.

En réalité, Je n’aurais pas pensé qu’être maman allait me changer autant. Je savais que ça allait changer ma routine, mais je n’avais pas pensé que ça changerait autant de facettes de mon moi à l’intérieur. J’ai développé une sensibilité que j’avais moins avant. À l’origine, j’étais beaucoup plus rigide, plus carriériste, plus rationnelle et moins compréhensive. Alors que dans mes évaluations au travail, on me mentionnait souvent de travailler mon empathie.

Avec la maternité, je suis devenue plus sensible, plus compréhensive et plus empathique. Ce sont des qualités et des compétences qui ont émergé de moi et que je travaille encore, parce que ce n’est pas naturel pour moi encore aujourd’hui.  Je peux dire que cela m’a ouvert sur un monde nouveau.

Bien sûr, je demeure une femme de carrière, mais trouver l’amour et devenir maman m’a permis de retrouver un certain équilibre.  Et quand je dis un équilibre, pour moi ce n’est pas 50/50, c’est-à-dire 50 pourcent travail et 50 pourcent vie personnelle et familiale. Ce que je veux dire avant tout c’est que ça m’a permis de retrouver un meilleur équilibre pour moi. Avant j’étais peut-être 90 pourcent travail et 10 pourcent vie personnelle. Maintenant, je me suis rééquilibrée à un niveau à lequel je me sens bien.

Parallèlement à cela, j’ai la certitude que je fais ce qu’il faut pour ma fille. Quand j’ai des moments avec elle, c’est de la qualité. La fin de semaine, c’est ma famille et la semaine c’est le travail. Je ne crois pas qu’elle manque de rien, elle est très bien entourée.

En quoi est-ce que le fait d’être la leader de ta propre vie peut t’aider à la dessiner à ton image?

ADW: C’est encore une question de choix et de cohérence pour moi. J’ai eu à prendre des décisions dans ma vie professionnelle avec lesquelles à priori j’étais peu à l’aise. J’ai ensuite dû leur donner du sens et les ramener sur quelque chose de logique qui me permettait d’être confortable dans la situation et conserver ma crédibilité.

Dessiner sa vie à son image, passe également par la capacité à reconnaître et surtout oser mettre ses limites. Il faut savoir les communiquer tout en conservant respect, ouverture et tact.

Quelqu’un qui  manque de fermeté, qui n’établit pas ses limites et qui change toujours d’idée, autrement dit qui manque de constance et de cohérence perdra sa crédibilité, ainsi que son leadership. C’est important de rester en cohérence avec soi-même puis d’être ferme sur ce que l’on veut accomplir tout en maintenant des relations harmonieuses. Et pour ce faire, le respect et les habiletés de communication sont la base de l’adhésion et des relations saines.

Il est important de comprendre qu’il y a le pouvoir formel, c’est celui que l’on vous attribue. Ça c’est une chose. Et après, on sait très bien que dans la réalité, le pouvoir informel peut avoir autant sinon plus d’influence. Un truc que j’ai, qui peut sembler opportuniste au niveau professionnel du moins, quoi que je l’applique aussi des fois dans ma vie personnelle, c’est de comprendre les intérêts des autres.  Encore une fois, c’est une question d’écoute.  On doit poser des questions et voir s’il y a quelque chose dans les intérêts des autres qui pourrait être en lien avec ses propres intérêts. Puis là, créer des ailiers pour faire passer nos idées.

SON PLUS GRAND SECRET ( ET PLUS ENCORE!)

Quel est ton plus grand secret qui te permet de faire grandir cette leader jour après jour?

ADW: Je me nourris de nouveaux projets et de défis en continu. Je ne les réalise pas tous, car je dois faire des choix, les bons choix! Mais ils me permettent de me garder allumée. D’être curieuse, d’apprendre et de continuer à me développer. Rester dans une zone de confort est contre ma nature, elle tue la créativité et la vision, freine les nouvelles relations et développe la monotonie. Rien pour aider une leader!

Je dirais que mon plus grand secret, c’est de respecter ce qui est important pour soi. En restant fidèle à soi-même, c’est-à-dire en ayant la capacité d’écouter ce que l’on veut vraiment.

Je pense que l’on n’est plus la leader de sa propre vie dans la mesure où l’on n’est plus à l’écoute de ce qui nous est cher. En somme, c’est de rester authentique envers soi-même.

Un autre de mes secrets, c’est que je fais beaucoup d’activités personnelles. Mon conjoint et moi avons un grand cercle d’amis ce qui me permet de recharger positivement mes batteries.  Ensemble, on essaie de se donner un week-end par trimestre où l’on fait des sorties de couple ou bien l’on part à l’extérieur, sans enfant. On aime beaucoup la gastronomie, on se fait des bonnes bouffes, on sort dans des bons restaurants.  Pour nous, c’est très important d’avoir des moments avec amis seulement et des moments avec amis et famille. Puisqu’on est très bien organisés, on réussit à voir tout notre monde pendant la fin de semaine. Ça m’arrive de travailler le week-end, quelques heures, mais ensuite j’arrive à faire la coupure, le vide. Il faut se donner du temps où la tête n’est pas toujours en action. Je fais aussi du sport et de la peinture qui me permet vraiment de laisser aller ma créativité et d’évacuer toutes les mauvaises énergies s’il y en a.

Finalement, un troisième secret que je trouve très important, c’est la communication. De pouvoir échanger, de bien communiquer et de ne pas tout le temps essayer de trouver des solutions par soi-même, c’est la clé! Souvent d’en parler, ça nous allume sur d’autres situations…

Tu as une crainte, un enjeu, t’as peur de quelques chose, il faut en parler pour éclaircir la situation, puis trouver des solutions. Si je réfléchis seule, on dirait que je ne vais pas arriver nécessairement à la situation optimale.  Des fois, l’autre personne va nous poser une question et puis pouf, ça va nous allumer sur quelque chose et vice versa.  La communication va permettre d’établir un lien de confiance.  Il ne s’agit pas de parler de nos peurs avec n’importe qui, mais d’aller luncher avec quelqu’un en qui l’on a confiance pour lui faire part de nos embûches et on ressort avec des solutions à mettre en action.

Un bonne façon pour moi de favoriser la communication, c’est de maintenir des bons réseaux de contacts. Je suis en contact avec des gens avec qui j’ai travaillé il y a une quinzaine d’années.  Il est important de continuer à échanger et ne pas rester coincée dans un carcan précis.  Réseauter sur d’autres réalités, que ce soit avec des partenaires externes ou des amis pour s’assurer d’avoir plus de vision et de se laisser inspirer.

DÉVELOPPER DES PROJETS POUR FAIRE AVANCER LES CHOSES

Comment entrevois-tu la place que cette leader pourrait prendre dans le monde dans lequel nous vivons? Quel impact significatif pourrait-elle avoir à plus grande échelle?

ADW: Mon leadership m’a amené à m’engager et à amener plusieurs personnes à s’impliquer dans des causes qui me sont chères. Si chaque personne pouvait donner un peu de son temps au quotidien, nous serions certes dans un monde meilleur qui soutiendrait des valeurs de partage et d’entraide. J’ai été bénévole pour la Société canadienne de la sclérose en plaque durant 10 ans, puis jusqu’à tout dernièrement, j’étais présidente du conseil d’administration de la section Montérégie.

Je suis très orientée vers les résultats, je suis une personne qui aime vraiment faire avancer les organisations et faire avancer les choses en général. J’aime développer des projets et relever des défis . Je dis très peu souvent non, évidemment dans le cadre que j’ai défini.

C’est la même chose dans ma vie personnelle. On a des projets… Ça me stimule, ça me garde en vie et je suis la même personne au travail. Si l’on ne me donne pas de projet, je vais en trouver pour être capable d’avancer et de faire bouger les choses, devenir meilleure et me développer. J’ai besoin d’accomplir des nouvelles choses pour me sentir bien!

En terminant, qu’aimerais-tu rajouter?

ADW: Le leadership ça se travaille en tout temps, malgré que je crois fondamentalement, qu’il y a une base qui est acquise, certaines compétences de leader doivent mieux se définir et peuvent être peaufinées. La preuve, c’est que déjà chez les petits on remarque que certains ont déjà plus de leadership que d’autres; ils vont influencer, organiser, gérer, rassembler….

De même, lorsqu’on regarde de grand leader, par exemple Barack Obama, il a un leadership irréprochable, malgré qu’il doit avoir une solide base de leadership acquise, je suis persuadée qu’il travaille ces compétences en continu. Tout cela pour dire que nous pouvons tous devenir de meilleur leader, si tel est notre souhait, en mettant en pratique quelques fondements et en développant certaines compétences.  À vous de développer  la leader en vous!

Cette histoire t’inspire? J’adorerais que tu me partages tes impressions dans les commentaires plus bas!

Tu aimerais améliorer ton impact comme leader dans ta propre vie, d’abord professionnelle, puis personnelle et ainsi franchir un prochain niveau de succès, mais tu sens qu’il te manque des ingrédients essentiels?

Contacte-moi pour un appel découverte sans frais, nous verrons ensemble comment mon forfait Passe au prochain niveau pourrait convenir à tes besoins.

2 commentaires

  1. Marie-Ève Charette sur 27 octobre 2016 à 12 h 04

    Tu es inspirante Ariane, j’ai adoré lire ta vision des choses !

  2. Fanny Rooseboom sur 27 octobre 2016 à 12 h 15

    Ariane! Tu es une femme unique et remarquable. 🙂

Laissez un commentaire